Le bateau ivre – Arthur Rimbaud

Mon adaptation du poème “Le bateau ivre” par Arthur Rimbaud (1871) en bandes-dessinées. Une traduction anglaise de cette BD apparaîtra prochainement dans l’anthologie “The Graphic Canon” éditée par Russ Kick et publiée par Seven Stories Press. Click on images to enlarge.
bateauivre1bateauivre2bateauivre3bateauivre4bateauivre5bateauivre6bateauivre7

8 Responses to Le bateau ivre – Arthur Rimbaud

  1. Arz Volk says:

    Je suis enamouré avec ces illustrations ! A mes yeux c’est une représentation de ce que les mots nous imagent, de ce que les sens cachés dissimulent, de ce que le poète à voulu transmettre. Je trouve chaque case si riche et vivante, complète, détaillée (il ne faut rien louper !), c’est un chef d’œuvre. Les références à d’autres œuvres relèvent le tout, non mais vraiment..!
    Merci pour cette merveille, je n’ai plus que cela à dire !

    Like

    • Anonymous says:

      Mille mercis! C’était un travail fait sur commission, je ne disposais que de 7 pages, et j’aurais bien aimé étaler la BD sur beaucoup plus de planches, et utiliser la couleur, qui est si importante avec Rimbaud. Mais c’est vrai qu’il y a beaucoup de choses dans chaque case, énormément de références à des oeuvres d’art, surtout symbolistes, et d’autres allusions visuelles plus ou moins cachées. C’est valorisant de savoir que quelqu’un ait pris la peine de les regarder en détail 🙂

      Like

  2. Morgane says:

    Just this message to say that your work is incredible ! I you love to know if your drawings of Arthur Rimbaud will be in a Book one day !🤔

    Like

  3. Jeremy Worth says:

    Wow, wow, wow.

    Like

  4. Jim Frank says:

    Most excellent. It’s not the best translation, but your images are fantastic. Can I link this for my honors students?

    Like

    • Thanks! I’d be most honoured if you were to provide your students with such a link. I’m a little embarassed to say that I don’t even know who the translation is by. It’s a copyright-free translation from before 1935 that was given to me by the editor of “The Graphic Canon”. I have to say though, I rather like it, in that it is the only translation I have come across that preserves the original rhyme scheme. The adolescent fieriness of the original is lost, to be sure, but this version has its own more staid musicality that I have come to appreciate.

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s